Phagothérapie et pneumonies acquises sous ventilation mécanique à Escherichia coli : une approche thérapeutique possible ? Aspects fondamentaux et éléments de faisabilité.

Résumé : D’année en année, la multi-résistance bactérienne aux antibiotiques gagne du terrain. Véritable problème de santé publique, elle est particulièrement prégnante au cours des infections nosocomiales. Parmi les alternatives aux antibiotiques, l’utilisation thérapeutique des bactériophages apparaît comme crédible et est actuellement en pleine réévaluation dans les pays occidentaux. Ce travail se propose d’étudier la faisabilité d’une approche thérapeutique par les bactériophages pour la prise en charge d’une infection nosocomiale grave et fréquente dans le contexte de la réanimation : la pneumonie acquise sous ventilation mécanique. Nous avons centré notre attention sur un des pathogènes couramment rencontré dans ce type d’infection respiratoire et particulièrement investi par le problème de l’antibiorésistance : Escherichia coli. A partir d’une large collection multicentrique de souches isolées des voies aériennes de patients sous ventilation mécanique, nous avons ainsi montré qu’il n’existait pas d’obstacle pratique à l’isolement d’une collection de bactériophages capable de cibler un large éventail de souches. En étudiant la meilleure combinaison de spectre d’hôte, l’utilisation de 5 bactériophages permettait une couverture de 70 %. Nous avons ensuite démontré expérimentalement l’activité thérapeutique de deux bactériophages dans un modèle murin de pneumonie létale, permettant ainsi une survie de 100 %. Grâce à l’outil de bioluminescence nous avons pu observer que la cinétique de décroissance de l’inoculum bactérien provoqué par un bactériophage était identique à celle obtenue avec un antibiotique de référence. Enfin, nous nous sommes focalisés sur LM33-P1, un bactériophage hautement spécialisé car n’infectant que les souches O25b, un sérotype particulièrement problématique en termes d’antibiorésistance et de pathogénicité. LM33-P1, dont la spécificité est apparue dépendante d’une interaction avec le LPS, s’est montré capable de lyser 74 % des souches O25b testées et s’est avéré également efficace in vivo. Ces travaux apportent de nouvelles connaissances permettant d’envisager de façon crédible le développement de la phagothérapie pour le traitement des infections respiratoires à E. coli dans le cadre de la ventilation mécanique, mais pas exclusivement. Compte tenu de la physiopathologie de ce type d’infection, une prise en charge prophylactique apparaît également prometteuse.
Type de document :
Thèse
Bactériologie. Université Paris Diderot Paris 7, 2015. Français
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [177 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/tel-01330223
Contributeur : Nicolas Dufour <>
Soumis le : vendredi 10 juin 2016 - 11:37:30
Dernière modification le : jeudi 15 novembre 2018 - 20:27:38

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : tel-01330223, version 1

Collections

Citation

Nicolas Dufour. Phagothérapie et pneumonies acquises sous ventilation mécanique à Escherichia coli : une approche thérapeutique possible ? Aspects fondamentaux et éléments de faisabilité. . Bactériologie. Université Paris Diderot Paris 7, 2015. Français. 〈tel-01330223〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

594

Téléchargements de fichiers

1359