Le Mexique à la croisée des deux Amériques

Résumé : Il est commun de dire que le Mexique est un pays d'interface entre Amérique du Nord et Amérique latine, lié tout autant à la première qu'à la seconde par la géographie et par l'histoire. Nord-américain par ses liens géographiques et économiques avec son puissant voisin, le Mexique est en même temps une entité majeure de l'aire latino-américaine, dont il partage la langue, une histoire et une culture préhispanique en de nombreux points comparables. Cette position de charnière entre nord et sud du continent constitue une réalité géographique et historique avec laquelle le pays doit composer au quotidien. Au-delà de sa situation particulière à l'échelle continentale, le Mexique connaît une dualité dans sa société et sur son territoire. Depuis ce que l'on nomme aujourd'hui la Mexamerica 1 – la région nord du pays faisant symétrie au sud-ouest des États-Unis à forte composante hispanique – jusqu'à la Mésoamérique –l'Amérique « moyenne », berceau de la civilisation maya –, les rapports du pays avec son environnement régional sont historiquement très prégnants. On schématise assez bien la situation contemporaine lorsqu'on oppose un Mexique du Nord, plus industriel, plus urbain, mieux intégré au système économique régional à un Mexique du Sud, plus indien, plus rural, plus pauvre, présentant bon nombre des caractéristiques du sous-développement et s'apparentant de la sorte à ses voisins centre-américains. Entre les deux, la vaste région urbaine formée autour de Mexico et de ses villes satellites qui concentre à la fois une part importante de la population nationale, de l'appareil productif industriel et, surtout, du pouvoir politique et décisionnel. Alors que le pays s'intègre de plus en plus dans une économie mondialisée, la question de son positionnement par rapport aux entités régionales apparaît aussi en arrière-fond de bon nombre des stratégies politiques et économiques mises en oeuvre. La relation au puissant voisin du Nord, évidente, nécessaire, mais aussi encombrante et source de dépendance, doit-elle se faire au détriment des rapports avec l'Isthme centre-américain et avec le reste de l'Amérique latine ? Y at -il la place pour une voie mexicaine indépendante et ouverte sur différents horizons quand nombre des questions nationales sont très intimement liées, dans différents domaines, à l'évolution des rapports avec les États-Unis ? 1 Le terme est de Joël Garreau, qui l'utilise d'abord à l'occasion d'un découpage régional des États-Unis pour qualifier la région du Sud-Ouest, fortement liée au Mexique. L'expression a connu un certain succès et a été largement reprise pour désigner à la fois un espace fonctionnel de forte intégration entre les deux pays et, dans une certaine mesure, un espace culturel binational de plus en plus autonome qui se développe de part et d'autre de la frontière.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01695087
Contributor : Laurent Faret <>
Submitted on : Monday, January 29, 2018 - 2:01:35 AM
Last modification on : Tuesday, March 12, 2019 - 5:30:03 PM

File

Article L. Faret - Géopoliti...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01695087, version 1

Collections

Citation

Laurent Faret. Le Mexique à la croisée des deux Amériques. Questions internationales, La Documentation française, 2006, pp.90 - 96. ⟨hal-01695087⟩

Share

Metrics

Record views

139

Files downloads

111