Le français d’Algérie et du Maroc : une étude comparative des interférences comme source de créativité lexicale

Résumé : Les particularités du français pratiqué dans l’ère francophone maghrébine ne sont plus à démontrer. On recense, en effet, nombre d’études mettant en exergue les spécificités lexicales de la langue française, révélant l’impact du plurilinguisme sur les pratiques linguistiques et langagières des locuteurs francophones maghrébins. Le contexte sociolinguistique complexe de cette zone méditerranéenne induit des interférences manifestes entre les différents codes. S’il est vrai que le français d’Algérie et du Maroc ont souvent faits l’objet d’études individuelles, nous ne recensons pas d’étude comparative qui mettrait en lumière les analogies et les éventuelles divergences dans les modalités d’interférences de ces deux variétés linguistiques. Nous proposons de combler partiellement cette lacune en unissant deux études menées dans le cadre de recherches doctorales : l’une portait sur la création néologique en français algérien, l’autre était centrée sur les emprunts et l’alternance codique en français marocain. Il convient, par conséquent, de restreindre la comparaison aux marques d’interférences, ou « matrice externe » (Sablayrolles, 2000), que sont les emprunts et l’alternance codique. On peut d’ores et déjà formuler une question de fond : emprunte-t-on les mêmes mots et de la même manière en français d’Algérie et du Maroc ? Pour exprimer une réalité propre à milieu socioculturel donné, l’emprunt linguistique se révèle être une solution adéquate : l’on peut s’attendre, alors, à un grand nombre d’emprunts aux langues véhiculaires « locales », soit l’arabe standard, le berbère (amazigh) et les dialectes maghrébins des deux sociétés respectives (Derradji 1995, Messaoudi 2013). Par ailleurs, compte tenu des anglicismes toujours plus nombreux en français hexagonal, il est attendu que l’anglais soit une source de créativité lexicale majeure en français algérien et marocain. Toujours est-il que la réception linguistique peut s’opérer selon différents procédés. La plus forte présence du français en Algérie à l’époque coloniale se traduit-elle par une plus grande perméabilité aux tendances du français hexagonal ou la prégnance des anglicismes est-elle comparable dans les deux variétés ? En outre, les situations sociolinguistiques des deux sociétés étant différentes, on peut s’attendre, à des comportements linguistiques divergents, notamment en ce qui concerne les interférences dues à la présence de l’amazigh : observe-t-on un emploi plus élevé des emprunts à l’amazigh dans l’une ou l’autre variété du français ? Au cours de cette analyse, nous proposons également d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : l’hybridité (français/arabe et français/anglais) constitue-t-elle un socle commun aux français d’Algérie et du Maroc ? Comment cette hybridité se manifeste-t-elle ? C’est par la presse écrite, souvent considérée comme le premier témoin de la variation et du dynamisme d’une langue, que les interférences linguistiques ont été analysées. Deux sources comparables sont utilisées pour cette étude : d’une part Le Quotidien d’Oran et d’autre part Au Fait Maroc, soit deux journaux francophones de grande diffusion couvrant les années 2009-2011. L’analyse systématique de ces deux corpus a permis de mettre au jour les emplois de nombreux emprunts et manifestations d’alternance codique dans les deux variétés de français, fondements de l’étude comparative que nous proposons pour ce colloque.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
Colloque International Langues, Cultures et Médias en Méditerranée : formes, sens et développemen.. 2016
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01370321
Contributeur : Najet Boutmgharine Idyassner <>
Soumis le : jeudi 22 septembre 2016 - 13:14:16
Dernière modification le : mardi 11 octobre 2016 - 14:38:21

Identifiants

  • HAL Id : hal-01370321, version 1

Collections

Citation

Samira Iddou, Najet Boutmgharine Idyassner. Le français d’Algérie et du Maroc : une étude comparative des interférences comme source de créativité lexicale. Colloque International Langues, Cultures et Médias en Méditerranée : formes, sens et développemen.. 2016. 〈hal-01370321〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

130