La préposition est-elle un indicateur de stabilité

Résumé : La préposition qui introduit un contenu propositionnel a deux types d’effet : – contrainte sur la flexion verbale non finie : choix de ING (et non de to+V) – contrainte sur le subordonnant : choix d’un WH- (et non de that ou if) La préposition rend nécessaires des formes de stabilisation et elle est incompatible avec les structures qui conservent une altérité. A travers une étude des subordonnants that / if / whether (§1) et des flexions to+V / ING (§2), nous montrons que WH-indique que la relation est stabilisée alors que that et if introduisent une délimitation énonciative, et que ING indique que le contenu propositionnel est installé en situation (reprise de contenu, prise en charge énonciative) contrairement à to+V, qui marque un franchissement de frontière entre des contenus notionnels et / ou des positions énonciatives.
Type de document :
Article dans une revue
Faits de langues, Peter Lang, 2015, Prépositions et aspectualité, 44, pp.47-56. 〈http://www.peterlang.com/download/extract/86632/extract_431669.pdf〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01232257
Contributeur : Gérard Mélis <>
Soumis le : lundi 23 novembre 2015 - 12:06:35
Dernière modification le : vendredi 31 août 2018 - 10:41:50

Identifiants

  • HAL Id : hal-01232257, version 1

Collections

Citation

Gérard Mélis. La préposition est-elle un indicateur de stabilité. Faits de langues, Peter Lang, 2015, Prépositions et aspectualité, 44, pp.47-56. 〈http://www.peterlang.com/download/extract/86632/extract_431669.pdf〉. 〈hal-01232257〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

87