La traduction du conditionnel journalistique : modes de construction de l’altérité énonciative en français, en allemand et en anglais

Abstract : Cette étude vise à dégager la spécificité du conditionnel dit journalistique en français dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives. Le conditionnel " journalistique " signale que l'énonciateur ne prend pas en charge le discours rapporté et qu'il se démarque ainsi de l'origine de ce discours, soit parce que l'origine du discours est indéterminée, soit parce que l'énonciateur met en doute la validité du discours rapporté (cf. Merle 1999). Cet emploi du conditionnel se distingue donc des autres emplois du conditionnel en français qui envisagent de façon virtuelle la validation de la relation prédicative au sein d'un repérage fictif. De fait, le conditionnel " journalistique " ne vise pas la validation d'une relation à un instant T repère fictif. C'est plutôt la prépondérance subjective S – et la dissociation de l'instance assertive et de l'instance énonciative qu'elle sous-tend – qui déclenche son emploi. A cet égard, il s'avère utile de comparer le conditionnel journalistique français au subjonctif 1 de l'allemand, qui remplit cette même fonction. A quel mode énonciatif a-t-on alors affaire ? Peut-on rapprocher ce mode des schémas de subordination où l'origine du discours est explicite dans le segment introducteur du discours rapporté ? Le conditionnel journalistique est en fait un cas d'énonciation mixte qui désolidarise l'asserteur de l'énonciateur. A partir de corpus bilingues (essentiellement le Monde Diplomatique et sa traduction anglaise) nous verrons que cette hétérogénéité énonciative ne peut être maintenue dans le passage à l'anglais. Soit l'assertion est maintenue et on a généralement le prétérit. La relation prédicative est dans ce cas simplement qualifiée comme étant du discours rapporté (reportedly, allegedly), ou relative à une origine énonciative (according to). Soit une situation de discours est construite. Dans ce cas, l'existence d'un acte d'énonciation est prédiquée sous la forme d'un passif (is said / reported to) et l'énonciation ainsi introduite est explicitement rapportée et désassertée. Dans les deux cas, on aboutit à une énonciation homogène dans la traduction. Il semble impossible en anglais de dissocier le point de vue de l'asserteur de celui de l'énonciateur – ce qui produit l'hétérogénéité du conditionnel " journalistique " et son statut de d'énonciation mixte - sans construire dans le même temps les situations-repères auxquelles ces points de vue se rattachent.
Type de document :
Communication dans un congrès
Sophie Marnette; J.M. Lopez-Muñoz; Laurence Rosier. Colloque "Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières", Nov 2001, Bruxelles, Belgique. L’Harmattan, Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières, pp.500-509, 2004, 〈http://www.ulb.ac.be/philo/serlifra/ci-dit/colloque.html〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01227288
Contributeur : Agnès Celle <>
Soumis le : mardi 10 novembre 2015 - 16:03:17
Dernière modification le : mercredi 18 avril 2018 - 01:26:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01227288, version 1

Collections

Citation

Agnès Celle. La traduction du conditionnel journalistique : modes de construction de l’altérité énonciative en français, en allemand et en anglais. Sophie Marnette; J.M. Lopez-Muñoz; Laurence Rosier. Colloque "Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières", Nov 2001, Bruxelles, Belgique. L’Harmattan, Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières, pp.500-509, 2004, 〈http://www.ulb.ac.be/philo/serlifra/ci-dit/colloque.html〉. 〈hal-01227288〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

380