Placer le traducteur au cœur de la traductologie

Résumé : Cette communication est l’oeuvre d’un praticien devenu enseignant, puis chercheur. Parce qu’il existe des traductions sans traducteurs et que les traducteurs se limitent de moins en moins à la traduction, nous pensons qu’une traductologie proactive doit choisir entre ces deux pôles et, en l’occurrence, se construire autour des problèmes concrets rencontrés par les traducteurs : comment s’agencent, pour les praticiens, les questions de la confiance, des différentiels de savoir, de l’erreur, de la transparence des textes. En assumant l’impureté consubstantielle à cette profession, on parviendra ainsi à une réflexion opératoire sur la mise en cycle des savoirs, l’hybridation et le dialogue des disciplines. Nous explorons, exemples à l’appui, deux de ces dialogues possibles entre, d’une part, la traduction pragmatique et, d’une part, la terminologie et narratologie. Familier des espaces liminaires, le traducteur est ainsi idéalement placé pour se livrer à un ensemble de raisonnements aux limites, qui pourront à bon droit sembler simplistes, mais dont le caractère opératoire est attesté par une pratique.
Type de document :
Article dans une revue
Meta : le journal de traducteurs, Presses Universitaires de Montreal, 2005, 50 (4), 〈http://id.erudit.org/iderudit/019838ar〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-01222637
Contributeur : Nicolas Froeliger <>
Soumis le : vendredi 30 octobre 2015 - 11:53:37
Dernière modification le : vendredi 31 août 2018 - 10:41:51

Identifiants

  • HAL Id : hal-01222637, version 1

Collections

Citation

Nicolas Froeliger. Placer le traducteur au cœur de la traductologie. Meta : le journal de traducteurs, Presses Universitaires de Montreal, 2005, 50 (4), 〈http://id.erudit.org/iderudit/019838ar〉. 〈hal-01222637〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

72