Innovation et fondation

Résumé : Dans Sur la révolution, Hannah Arendt expose, dès le début du texte, l'authentique souci machiavélien de la fondation d'un corps politique permanent et durable. Selon elle, les révolutions ne sont pas des simples changements, parce qu'elles nous confrontent directement avec le problème du rapport entre commencement et constitution, liberté et permanence de l'espace politique. Dans cet article, je propose que cette analyse qu'Arendt fait des révolutions rectifie une aporie inscrite au coeur même de son propre concept d'action politique : c'est à cause de sa contingence, de son caractère incertain et évasif, que l'action reste condamnée à ne pas trouver les institutions nécessaires pour sa permanence. À la fin du texte, je soutiens que cet échec de l'action peut être surmonté si on préserve le commencement en y retournant afin d'augmenter l'acte initial.
Type de document :
Article dans une revue
Encyclo. Revue de l'école doctorale ED 382, Université Sorbonne Paris Cité, 2012, p.27-33
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [7 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-00718413
Contributeur : Géraldine Barron <>
Soumis le : mardi 17 juillet 2012 - 08:42:25
Dernière modification le : mardi 11 octobre 2016 - 13:52:51
Document(s) archivé(s) le : vendredi 16 décembre 2016 - 00:10:47

Fichier

Encyclo_2012_Diego_Parades_Gio...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-00718413, version 1

Collections

Citation

Diego Paredes Goicochea. Innovation et fondation. Encyclo. Revue de l'école doctorale ED 382, Université Sorbonne Paris Cité, 2012, p.27-33. 〈hal-00718413〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

159

Téléchargements de fichiers

250